Nouvel épisode dans la saga du bois de la Cambre. Un accord est intervenu ce lundi entre les communes de Bruxelles-Ville et d'Uccle : celui-ci prévoit d'ouvrir plus largement le bois au trafic motorisé, en autorisant la circulation à double sens sur un tronçon de la boucle sud (en plus de l'avenue de Diane déjà accessible au trafic motorisé). Pour le GRACQ, il est indispensable que cette réouverture au trafic s'accompagne de mesures de sécurisation des déplacements actifs.

Il ne s'agit pas d'un revirement complet. Cependant, la réouverture d'une partie de la boucle sud du parc au trafic de transit représente un pas en arrière évident pour toutes celles et ceux qui rêvent d'un bois sans voiture, un espace vert dédié à la détente et aux loisirs. 

Pour le GRACQ, ce retour du trafic  motorisé dans la boucle sud pose également la question de la sécurité des usagers : notre association réclame qu'y soient aménagées des pistes cyclables séparées du trafic. À la fois sur l'avenue de Boitsfort, mais également sur toute la partie de la boucle nord où le trafic est déjà admis à double sens : les pistes cyclables marquées existantes sont clairement insuffisantes, sans compter les problèmes de sécurité signalés à plusieurs carrefours. 

Quelle sécurité pour les usagers ?

Depuis l'ouverture du bois au grand public, de nombreuses personnes ont eu l'occasion de redécouvrir le bois, à pied, à vélo, à trottinette… de manière récréative mais aussi utilitaire. Le rétablissement d'une nouvelle connexion automobile au sein du parc doit nécessairement s'accompagner de mesures destinées à assurer la sécurité la plus élémentaire des usagers actifs, indépendamment de leur âge ou de leur expérience. 

Visite de terrain du 18/12/2020 au bois de la Cambre

C'est dans cette perspective que les sections bruxelloise, uccloise et ixelloise du GRACQ ont formulé une série de propositions qui ont été discutées avec les autorités bruxelloises lors d'une visite de terrain : celles-ci concernent directement la sécurité et le confort des cyclistes, mais également des piétons et des personnes à mobilité réduite (sécurisation des traversées piétonnes, abaissement des bordures, praticabilité des cheminements…). De barrière urbaine, le bois de la Cambre doit se muer en véritable carrefour des mobilités actives.

Au-delà de ces demandes spécifiques en matière de mobilité, le GRACQ continuera de plaider pour un parc rendu aux Bruxellois•es, aux côtés de nombreuses associations et collectifs (#reclaimthepark).  

Rendez le bois de la Cambre à la population : je signe la pétition

Florine Cuignet

En savoir plus...

17180 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ